Invisibles et invincibles

Elles s’appellent Lady Di, Dalida, Brigitte Macron ou encore Edith Piaf. Toutes ont choisi d’utiliser ces noms d’emprunt pour ne pas avoir à révéler leur véritable identité. Voilà bien longtemps, en effet, que leur réalité ne les fait plus rêver. Par dizaines, elles franchissent chaque jour la porte du centre l’Envol de Roubaix qui leur offre le nécessaire pour survivre mais aussi et surtout une main tendue et un peu de chaleur humaine. Elles sont sans abri. Totalement invisibles.

A leurs côtés, on retrouve Manu (Corinne Masiero) directrice du centre, Audrey (Audrey Lamy) assistante sociale, Angélique (Déborah Mukumuena) et Hélène (Noémie Lvovsky), accompagnatrices. Ont-elles elles-mêmes la vie plus facile ? Pas vraiment. Bien sûr, elles ont la chance d’avoir un toit au-dessus de la tête, bien qu’elles soient loin de vivre dans un château. Mais la misère, comme le montre le film de manière très subtile, ne touche pas seulement la part matérielle ; parce qu’elles se donnent corps et âme pour ces femmes des rues, elles négligent sans même en prendre conscience leur propre vie.

L'équipe de l'Envol au milieu des femmes accueillies

L’équipe de l’Envol au milieu des femmes accueillies

Quand la nouvelle de la fermeture du centre tombe, pour cause de résultats insuffisants en matière de réinsertion, toutes sont abasourdies. L’équipe de l’Envol accuse le coup mais refuse pourtant de s’avouer vaincue. Commence alors une véritable course contre la montre destinée à réinsérer au plus vite toutes ces femmes. Les initiatives proposées par toute l’équipe du centre se révéleront aussi farfelues qu’efficaces. 

Manu annonce la fermeture du centre

Manu annonce la fermeture du centre

Les Invisibles, film mettant les femmes, toutes les femmes, à l’honneur a été réalisé par un homme, Louis-Julien Petit. Il y est question de l’engagement sincère des travailleurs sociaux face à l’absurdité des décisions politiques mues par la notion de rentabilité. Ces femmes des rues aussi fortes que fragiles, incarnées avec authenticité par des comédiennes amateures, nous rappellent que chacun a quelque chose à apporter à l’autre pour le faire grandir. Le personnage le plus énigmatique de ce film, Julie (Sarah Suco), soulève aussi une question fondamentale : jusqu’où peut-on aider ? Une comédie d’une grande et belle humanité.

Invisibles et invincibles dans S'ouvrir à l'art, c'est s'ouvrir à l'autre... images-225x300

Les Invisibles est sorti en salles le 9 janvier.  

Bande-annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19580196&cfilm=261561.html

À propos de liexie

@LIEXIE10

Voir tous les articles de liexie

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Alexandre25 |
Artibetain |
手錶art |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Slchemins
| Tussen
| Hgjghjeaa