Les Programmes de la Source / Extrait 2 : Le Harem de Louxor

Douze magnifiques jeunes beautés venaient de terminer une longue et langoureuse danse à la demande expresse du sultan qui n’en avait pas perdu une miette. Oints d’huiles et d’onguents parfumés, leurs corps gracieux étaient drapés des plus belles soieries du pays. Leurs lobes d’oreilles, leurs poignets et leurs doigts courbaient presque sous le poids de l’or et des pierres précieuses : au moindre petit mouvement qu’elles exécutaient, elles tintinnabulaient et embaumaient délicieusement l’espace qu’elles occupaient.

La favorite du sultan, Melike était, et de loin, la meilleure danseuse du harem. Sans doute aussi la plus jolie même si sa moue boudeuse agaçait prodigieusement le maître du palais. Comment était-il possible de faire preuve de tant d’ingratitude ? Nombreuses étaient les femmes qui pouvaient l’envier ; voilà ce qu’il pensait. La mélancolie qu’elle affichait le fatiguait mais, malgré cela, il avait la plus grande peine à détacher son regard de ses grands yeux sombres cernés de khôl, de sa bouche pulpeuse joliment dessinée en forme de cœur et de sa longue chevelure lisse et brillante entravée de fils d’or coruscants à la lumière. Sa silhouette souple et longiligne, dont il pouvait distinguer les contours sous ses longues tuniques de voile fin, le rendait tout simplement fou. L’homme se désespérait qu’elle porte enfin un enfant pour l’épouser.

Le groupe de femmes descendit en carillonnant l’escalier qui le menait au hammam pour se rafraîchir et déguster quelques dattes fraîches mises à leur disposition. Au cœur de la belle cité de Louxor, la ville aux cent portes, le palais du sultan était l’un des plus beaux et des plus grands d’Egypte. Depuis la rive ouest du Nil, pourtant située à un peu moins de trois kilomètres de là, on en apercevait les trois gigantesques dômes dorés et les innombrables moucharabiehs qui en obstruaient les fenêtres. A l’intérieur, les murs étaient sertis de cornaline, de turquoise et de serpentine disposées en arabesques, ce qui avait pour résultat un mélange de couleurs peu harmonieux, pesant, presque entêtant, y rendant l’air encore plus dense. L’homme était, certes, richissime, mais cela ne lui donnait pas bon goût en matière de décoration pour autant. Sa fortune était proportionnelle à ses accès de colère : chacun ici connaissait sa réputation sulfureuse dans la grande cité. Il lui arrivait d’avoir la main lourde envers les plus récalcitrantes de ses protégées.

Comme de coutume, Melike et sa petite sœur Eylem s’éloignèrent rapidement des autres femmes pour aller bavarder tout en marchant dans la cour intérieure du palais. Leurs messes basses journalières intriguaient les autres odalisques qui ne connaissaient en rien leur histoire et les imaginaient volontiers en couple. Les persiflages et autres intrigues ne manquaient pas en ces lieux ; ils permettaient simplement de passer le temps. Jalousée pour avoir gagné les faveurs du richissime maître de maison, Melike avait pris l’habitude d’humer trois fois au moins son verre de thé à la menthe avant d’en avaler le contenu : ce rituel lui avait probablement sauvé la vie à maintes reprises.

—    Crois-tu que nous reverrons père et mère un jour ? demanda brusquement Melike en libérant sa longue chevelure de jais de ses fils d’or.

Son regard, déjà lourdement fardé, s’était encore alourdi sous le poids de la tristesse et de l’amertume.

—    Je l’espère…  Quand allons-nous enfin nous enfuir d’ici ?!

Melike mit sa main sur la bouche de sa sœur, provoquant chez elle un brusque mouvement de recul.

—    Pas si fort, enfin !

Les deux femmes se hâtèrent de rejoindre la palmeraie, leur endroit de prédilection, où aucune oreille indiscrète ne pouvait les entendre.

Les Programmes de la Source / Extrait 2 : Le Harem de Louxor dans S'ouvrir à l'art, c'est s'ouvrir à l'autre... couverture-les-programmes-de-la-source-thebookedition-194x300

https://www.thebookedition.com/fr/les-programmes-de-la-source-p-361396.html

 

À propos de liexie

@LIEXIE10

Voir tous les articles de liexie

Les commentaires sont fermés.

Alexandre25 |
Artibetain |
手錶art |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Slchemins
| Tussen
| Hgjghjeaa