La communauté des condamnés

Il a la cinquantaine et est atteint de la maladie de Charcot. Condamné à mourir emmuré dans son propre corps, précise-t-il. Il se sent proche de tous ces gens, hommes, femmes, enfants, vieillards, qui, tout comme lui, sont venus demander un miracle. « La communauté des condamnés », c’est ainsi qu’il a surnommé ce groupe d’individus dont la souffrance physique n’a d’égal que la souffrance psychologique. Ils se sont tous retrouvés là où la fatalité pourrait hypothétiquement renoncer : à Lourdes. 

Ce père de famille venu du nord est à la recherche d’un emploi. Dans un mois, il ne percevra plus d’allocations chômage. Chaque mois, il met difficilement de côté une vingtaine d’euros pour sa fille atteinte d’une maladie orpheline. Cela lui permet année après année de l’emmener à Lourdes et de prier avec elle la Sainte Vierge. Qui sait ? Un jour, sans doute, elle sera guérie et délivrée des railleries de ses camarades de classe. Cet autre père de famille tient son petit garçon par la main. Il a huit ans et lui aussi est condamné par sa maladie. Dans le silence pesant d’une chapelle, il s’adresse à la Vierge afin qu’elle donne à son épouse la force d’espérer encore, à son enfant la force de supporter la douleur. 

Parmi la communauté, il y a aussi les autres condamnés. Ceux qui le sont par notre propre regard. Les prostitué.e.s du bois de Boulogne. Qui pleurent lorsqu’un prêtre leur rappelle que leur vie a la même valeur que celle des autres quoiqu’ils aient fait. Qu’il n’est jamais trop tard. Et, pour les aider tous, des anges terrestres : une communauté de soignants entièrement dévoués aux souffrants et des religieux dont les seuls mots réussissent à apaiser, momentanément, les terribles maux. 

Thierry Demaizière et Alban Teurlai, réalisateurs du documentaire Lourdes, sorti en salles le 8 mai 2019, ont réussi à traiter ce sujet extrêmement douloureux et intime avec beaucoup de pudeur et de sensibilité. Leur foi permet-elle à ces personnes de mieux supporter la douleur ? Sans doute, bien que les miracles soient rares. Mais que faire d’autre, sinon prier ? 

La communauté des condamnés dans S'ouvrir à l'art, c'est s'ouvrir à l'autre... 4491101.jpg-c_215_290_x-f_jpg-q_x-xxyxx

Bande-annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19583066&cfilm=261593.html

À propos de liexie

@LIEXIE10

Voir tous les articles de liexie

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Alexandre25 |
Artibetain |
手錶art |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Slchemins
| Tussen
| Hgjghjeaa