Ronge ta corde et fuis !

Plantée les deux pieds dans l’eau au beau milieu du lac Aydar, en Ouzbékistan, Yoko (Atsuko Maeda) cherche un sens à ce qu’elle vit. Présentatrice télé, elle est venue vanter avec enthousiasme les curiosités de ce pays, mais rien, absolument rien, ne se passe comme prévu. L’immense poisson qu’on dit vivre dans ce lac refuse de montrer le bout de son museau, le plat traditionnel qu’elle doit goûter face caméra n’est pas cuit, le tour de manège qu’on lui impose à trois reprises la rend malade… A quoi tout cela peut-il servir, après tout ? Aux yeux de son équipe technique, Yoko ne sert qu’à produire de l’image. Peu importe le ridicule, peu importe les risques. Mis à part l’assistant, personne ne se soucie réellement de ce qu’elle endure pour alimenter cette foutue émission de télévision.

Yoko et son équipe technique

Yoko et son équipe technique

Dans ce pays bien différent du Japon d’où elle vient, la jeune femme découvre des us et coutumes qui lui sont étrangers. Ici, voir une femme déambuler seule dans les rues, voyager seule en bus, même lorsqu’il s’agit d’une étrangère, semble très mal perçu. Et encore plus à la nuit tombée. Tout ceci étouffe la présentatrice télé qui ne réussit à tenir que grâce au lien qui l’unit avec son petit ami tokyoïte, Ryoka. C’est dans leurs correspondances qu’elle trouve un peu de réconfort le soir venu dans sa chambre d’hôtel.

Ce voyage en Ouzbékistan a toutefois un point particulièrement positif : celui de mettre la jeune femme sur le chemin de son destin. Alors que, pour la sacro-sainte image toujours, elle relâche un bouc en pleine nature, elle comprend qu’elle aussi devrait probablement ronger sa corde et s’enfuir… car son âme, elle le sent, a besoin de liberté…

Au bout du monde, du japonais Kiyoshi Kurosawa, ne marquera probablement pas les esprits. On se souviendra sans doute vaguement d’une jolie jeune femme éprise de liberté déambulant parfois maladroitement dans la campagne et dans la capitale ouzbèques. Un documentaire romancé, en quelque sorte… 

Ronge ta corde et fuis !  dans S'ouvrir à l'art, c'est s'ouvrir à l'autre... 2565012-212x300

 

À propos de liexie

@LIEXIE10

Voir tous les articles de liexie

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Alexandre25 |
Artibetain |
手錶art |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Slchemins
| Tussen
| Hgjghjeaa