La scientifique aux deux Nobel

Est-ce parce qu’elle est d’origine polonaise ? Parce qu’elle est une femme absolument brillante ? Parce que personne ne peut la faire taire ? Pour toutes ces raisons, sans doute, Maria Sklodowka, qui fait partie de la petite vingtaine de femmes à avoir été admise à la faculté des sciences de Paris, est congédiée sans ménagement par son professeur de recherche physique, Gabriel Lippmann.

Nous sommes alors en 1894. Celle qui s’est renommée Marie, à la française, a rendez-vous avec son destin. Il prend les traits de Pierre Curie (Sam Riley) : un grand scientifique qui étudie le magnétisme tout comme elle. Marie a épousé de longue date la recherche scientifique et n’a pas pour ambition de devenir l’épouse de qui que ce soit. Pourtant, l’un comme l’autre s’admirent mutuellement et, bientôt, les sentiments remplacent le respect au point de sceller leur union. 

Celle qui devient Marie Curie en 1895 consacre sa thèse de doctorat à l’étude des rayonnements produits par l’uranium. Installés dans un petit atelier grisâtre qui fait peine à voir, Pierre fournit à son épouse le matériel qui va lui permettre d’accomplir son destin : un électromètre qu’il a lui-même conçu. C’est ainsi que, grâce à cet outil providentiel, Marie va faire la découverte du polonium et du radium, deux nouveaux éléments qui seront ajoutés à la table de Mendeleïev. Ses recherches donneront lieu, comme chacun le sait, à l’attribution de deux prix Nobel de physique et de chimie qu’elle partagera avec son mari. Parce qu’il aura eu la délicatesse d’y ajouter son nom… 

Marie et Pierre Curie dans leur laboratoire

Marie et Pierre Curie dans leur laboratoire

Incarnée par l’actrice Rosamund Pike, cette Marie Curie fait grand bruit dans une société qui rechigne à mettre en lumière de brillants travaux intellectuels lorsqu’ils sont produits par une femme. Marie Curie était-elle si rebelle, si sauvage avec tous ceux qu’elle côtoyait ? Était-elle, comme le film le sous-entend, une mère rigide et absente, trop absorbée par ses recherches ? Une chose est certaine : Marjane Satrapi, la réalisatrice de Radioactive, a souhaité faire de cette Marie Curie-là un roc parfaitement conscient de son génie, une femme indépendante et libre de ses choix, une icône féministe malgré elle, capable d’ébranler l’ensemble de la communauté scientifique, quasi exclusivement composée d’hommes, sans ciller. 

En parallèle, ce film montre aussi de manière abrupte en quoi les découvertes scientifiques de Marie Curie ont bouleversé le monde… Depuis l’importance capitale de la radiothérapie dans le traitement de certains cancers jusqu’à la bombe atomique. Combien de vies sauvées pour combien de vies détruites ? Un film réussi, avec un bémol pour la bande son, désagréable, stressante et totalement inadaptée. 

 La scientifique aux deux Nobel dans S'ouvrir à l'art, c'est s'ouvrir à l'autre... 2787082-220x300

Bande-annonce : https://www.youtube.com/watch?v=lZJDg2A6odQ

À propos de liexie

@LIEXIE10

Voir tous les articles de liexie

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Alexandre25 |
Artibetain |
手錶art |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Slchemins
| Tussen
| Hgjghjeaa