Dernière preuve d’amour

Emmanuèle (Sophie Marceau) et sa sœur Pascale (Géraldine Pailhas) n’ont pas forcément connu une enfance heureuse, ballotées entre un père et une mère incapables de se comprendre et de s’aimer. Lorsque le patriarche, un octogénaire collectionneur d’art, subit de plein fouet un accident vasculaire cérébral, les deux sœurs sont contraintes de faire face à la pire chose qui pouvait lui arriver : la perte de son autonomie.

Alité, fortement diminué, le père, André (André Dussollier) ne supporte pas son nouvel état et supplie Emmanuèle de l’aider à en finir. D’abord choquée par sa demande, elle doit se rendre à l’évidence : comme chacun s’accorde à le dire, André est un homme têtu qui jamais ne change d’avis. Mais comment réussir à lui donner ce qu’il réclame, même par amour ?

Durant 8 mois, et dans la plus grande discrétion, Emmanuèle, accompagnée par sa sœur, devra se documenter sur la meilleure manière de donner cette dernière preuve d’amour à son père, tout en subissant au quotidien ses changements d’humeur et l’évolution en dents de scie de son état de santé… Au point de se demander si, finalement, une fois le moment venu, il n’aura pas cette dernière pulsion de vie qu’elle espère secrètement… Jusqu’à la dernière minute, les spectateurs sont eux aussi pris en otage par ce père à l’humeur fluctuante, qui semble parfois vouloir faire marche arrière, puis revient soudainement et avec insistance sur son projet initial…

Emmanuèle et Pascale au chevet de leur père

Emmanuèle et Pascale au chevet de leur père

Comment peut-on encore infliger ça à tous ces enfants qui, par amour pour leurs parents, doivent encore et toujours prendre cette décision inconcevable pour les soulager ? L’Association pour le Droit de Mourir dans la Dignité occupe ici une place importante : en effet, nous ne choisissons pas de naître, alors pourquoi ne pourrions-nous pas choisir du jour et de l’heure de notre mort lorsque nos souffrances ne nous permettent plus de vivre dignement ?

Au-delà de tout débat sur ce sujet, c’est un pur bonheur de retrouver la lumineuse Sophie Marceau, sur laquelle le temps semble décidément n’avoir aucune prise (quel est son secret ?) et qui nous livre ici le rôle d’une femme forte, contrainte de sécher discrètement ses larmes pour accompagner ce père caractériel qui n’est plus que l’ombre de lui-même.

Adapté du roman d’Emmanuèle Bernheim, la véritable héroïne de cette histoire, et réalisé par François Ozon, Tout s’est bien passé est un film engagé qui met à l’honneur le courage de toutes ces personnes qui, par amour pour leurs proches, prennent la douloureuse décision de leur offrir une dernière preuve d’amour.

Dernière preuve d'amour dans S'ouvrir à l'art, c'est s'ouvrir à l'autre... capture-226x300

Bande-annonce : https://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19592973&cfilm=281202.html

À propos de liexie

@LIEXIE10

Voir tous les articles de liexie

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Alexandre25 |
Artibetain |
手錶art |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Slchemins
| Tussen
| Hgjghjeaa